Christopher Lecoutre

Retour à la liste

Ajouté le 19 oct. 2017

Des montagnes suisses aux gratte-ciel de Bangkok


Christopher Lecoutre offre une vision abstraite de la gastronomie

En 2015, Christopher Lecoutre, peintre à la production très éclectique, confiait être en recherche de création permanente. Aujourd’hui, l’artiste qui vit à Roncq veut réinventer l’art culinaire avec des prestations en « live ».

 

«  J’avais 14 ans quand j’ai réalisé ma première peinture. C’était une représentation de mes rollers  ». Vingt ans plus tard, Christopher Lecoutres’inspire toujours de ce qui l’entoure pour donner vie à ses œuvres. Qu’importe les outils et les supports, cet autodidacte curieux de tout s’est créé son «  petit monde  » artistique en piochant dans le graffiti de Jean-Michel Basquiat et Keith Haring et aussi dans l’art brut de Gaston Chaissac. «  Je me suis fait tout seul, je n’ai jamais travaillé avec aucune galerie  » raconte ce père de famille salarié d’une entreprise de communication.

Animé par une volonté de création perpétuelle, le natif de Tourcoing s’est récemment mis en tête de réinventer l’art culinaire en proposant des prestations en live, durant lesquelles il mêle son talent à celui de chefs cuisiniers étoilés. Le principe  ? «  Les chefs élaborent des plats, je les découvre en même temps que les clients et à partir de là, je les reproduis à ma manière en direct sous les yeux des personnes attablées  ». Armé de sa bombe aérosol, de ses feutres acrylique et d’une simple plaque de PVC, il offre alors une vision picturale «  plutôt abstraite  » de la gastronomie.

Des montagnes suisses aux gratte-ciel de Bangkok 

googletag.cmd.push(function() { googletag.display('article_article'); }); C’est ainsi qu’en avril dernier, il participe au festival de la Haute Cuisine dans un hôtel 5 étoiles en Suisse. Proposant son show alors que neuf chefs étoilés s’affrontent pour un concours gastronomique. Fin septembre, il remet le couvert, pour la première fois, sur le continent asiatique, dans un hôtel de luxe de Bangkok (Thaïlande). «  Cette fois il y avait 22 chefs étoilés, dont beaucoup de Français. Pendant quatre soirées j’ai peint dans un superbe restaurant au 29e étage d’un building  » se réjouit-il. «  Le premier soir il y avait la télé pour une émission culinaire comme on en voit chez nous, c’était vraiment le grand show à la thaïlandaise  ».

S’il ne vit pas de son art, ce créatif savoure toutes ces occasions qui lui sont données pour exprimer son talent. «  Je vais revenir en novembre, l’hôtel veut que j’élabore la décoration du grand hall pour Noël  ».

Côté cuisine, il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. «  Les chefs cuisiniers adorent le concept, l’un d’eux m’a d’ailleurs proposé de venir dans son établissement en Allemagne  ».

De quoi alimenter quelque temps une boulimie artistique presque insatiable.

A découvrir aussi sur : christopherlecoutre.fr

 

 

Créé avec Artmajeur